Bottin Aines Hébergement Richard Perreault

 

 

Consultez la version PDF du dernier numéro de L'Indice Consultez le Bottin Aînés Hébergement Consultez les archives de la revue Aînsé Hébergement
 
Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami

Les personnes ges et la technologie: deux univers inconciliables?
6 Janvier 2008

La technologie est-elle un facteur de rapprochement ou d'loignement entre les gnrations? Qu'en est il de l'attitude des personnes ges l'gard, par exemple, d'Internet? Le sociologue Vincent Caradec nous propose de dpasser certains clichs entourant les rapports entre les personnes ges et les objets technologiques. Et si les tudes qu'il a menes sur ce sujet portent sur les retraits franais, il semble que ses conclusions s'appliquent aussi, pour une bonne part, la socit qubcoise. (1) 

 

 

1.      Qu'est-ce  que la technologie?

 

Selon Caradec, il y a diffrentes sortes de technologies (p.2). Soit celles :

 

1)       qui font dj partie de l'environnement familier la naissance .

 

2)        qui apparaissent lorsque l'on est un peu plus avanc dans le cycle de vie et que l'on apprend utiliser au cours des annes de formation ou pendant son activit professionnelle .

 

3)     qui surgissent alors que l'on est plus g et dj la retraite .

 

 

Dans ces conditions, dans quelle mesure les personnes retraites sont-elles rceptives la troisime catgorie? Pour rpondre cette question, il est bon de citer le sociologue :

 

" Il ne s'agit pas, crit-il, de dire que les personnes ges ont grandi et  travaill une poque o ces technologies n'existaient pas pour   comprendre leurs  rapports aux technologies modernes. Il faut aussi prendre en compte le contexte dans lequel elles vivent aujourd'hui (leur  rseau relationnel et familial, leur mode de vie, leur conception de la  retraite) " (p.15).

 

 

Il faut donc, en toute logique, dfinir l'expression  personnes ges  afin de mieux comprendre ce  contexte ...

 

 

2. Quelques ides prconues concernant les personnes ges

 

Selon les discours en vogue, les personnes ges manifesteraient soit une familiarit soit, au contraire, une incompatibilit l'gard des technologies. Mais il semble que pour les tenants de la  familiarit , les  personnes ges  soient gnralement des gens gs en gros de 50 64 ans. Tandis que pour les tenants de l'incompatibilit, il s'agirait plutt de gens qui sont gs de 65 ans et plus

 

Mais aprs avoir tabli cette distinction importante fonde sur l'ge, on peut avoir d'autres surprises. Caradec relate par exemple une enqute sociologique effectue dans un petit village Breton il y a plusieurs annes, o les personnes les plus rceptives aux innovations technologiques de l'poque (par ex. la tlvision) avaient 70 ans et plus tandis que celles qui avaient entre 50 et 70 ans, et qui travaillaient toujours, considraient plutt la technologie comme une menace ventuelle pour leur emploi (p. 16) Comme si la dynamique tait inverse!

 

 

Enfin, sur la base de ses propres recherches, le sociologue souligne que ce n'est pas uniquement pour des raisons de non familiarit que certaines personnes ges ne possdent pas certains objets technologiques; en effet,

 

 "() l'absence d'usage peut aussi renvoyer au fait que les retraits jugent l'quipement inutile dans le cadre du mode de vie qui est le      leur aujourd'hui ou encore une valuation ngative qu'ils font de  certaines caractristiques de l'appareil. Ces discours prsentent d'ailleurs   des variations sociales intressantes : dans le cas du micro-ordinateur, les  retraits plus jeunes, appartenant aux classes moyennes et suprieures tiennent plutt -lorsqu'ils ne sont pas quips-, le discours de l'inutilit; les  retraits en milieu populaire et les plus gs ont, plus souvent, le discours  soulignant leur absence de familiarit avec l'appareil." (p.9)

 

 

3. Pour un rapprochement entre les gnrations : forces et limites de la technologie

 

Caradec relve le rle essentiel des enfants dans l'acquisition d'objets technologiques par leurs parents, les enfants servant en quelque sorte de  mentor  auprs de ces derniers (p. 11). Les petits enfants ont aussi un rle jouer dans ce processus; un rle que Caradec appelle  de mdiation , mais cependant d'une faon moins significative. (p. 12-13)

 

Malgr tout, certaines personnes interroges confiaient au sociologue leur inquitude quant au foss qui se creuse entre eux et leurs petits-enfants du fait de leur ignorance de l'informatique. Pour  garder le contact , Caradec a relev deux  stratgies  dveloppes par les grands-parents: ils cherchent soit  rester dans le coup  en s'initiant l'informatique soit, au contraire, mnager un terrain d'entente avec leurs petits-enfants partir de ce qu'ils ont spontanment leur offrir, comme l'coute, la chaleur humaine, etc. (pp. 14-15).

 

Il semble donc vident que l'innovation technologique ne fait pas toujours bon mnage avec les personnes plus ges (l'auteur donne d'ailleurs plusieurs exemples de ce phnomne). Mais la ralit est nanmoins beaucoup plus complexe qu'il n'y parat. Aussi, connatre le contexte de cette familiarit ou de cette non familiarit semble essentiel pour comprendre un aspect important des rapports entre les gnrations et remettre le tout dans sa vritable perspective.

 

 

RFRENCE :

      (1) CARADEC, Vincent,  Gnrations anciennes et technologies nouvelles . On peut consulter cet article dans sa totalit l'adresse suivante :

     http://gracc.recherche.univ-lille3.fr/html/articles/articles_caradec/Malakoff%20G&S.pdf

Pierre Tardif

Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami


Commentaires d'internautes:

Autres chroniques: Dossier

Autres Catégories

Vous avez un commentaire sur cette chronique?

Votre nom:
Commentaire:
  
          


Copyright © Aînés Hébergement © Tous droits réservés