Bottin Aines Hébergement Richard Perreault

 

 

Consultez la version PDF du dernier numéro de L'Indice Consultez le Bottin Aînés Hébergement Consultez les archives de la revue Aînsé Hébergement
 
Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami

La maison viet-ca. La maison qui chante
17 Novembre 2007

LA MAISON VIET-CA

La maison qui chante

 

Par Chantal Beauregard

 

  C'est un projet de longue haleine et je suis prte y consacrer les 25-30 prochaines annes de ma vie , s'exclame Marcelle Charland, une jeune sexagnaire fort volubile en dcrivant l'aventure qui occupe son esprit depuis de longs mois. Il s'agit de la cration d'une maison de rinsertion pour les enfants dfavoriss du Vietnam, la Maison Viet-Ca, en vietnamien le mot  Ca  signifie chanter, donc la Maison qui chante.

 

 

Le changement de cap

 

Revenons un peu en arrire. En 1997, Marcelle Charland, alors ge de 50 ans, part seule au Vietnam, bien dtermine s'y trouver du travail et y sjourner pendant quelques annes. Forte de son exprience d'enseignante, designer de mode et gestionnaire d'entreprise, elle russit rapidement se dnicher un poste dans une usine de vtements H Chi Minh-Ville (anciennement Saigon). Elle doit s'acclimater des conditions de travail diffrentes d'ici, six jours semaine, dix heures par jour, au manque de ressources et au systme D comme seul recours.  Les Vietnamiens sont des gens courageux, vaillants, gnreux, ouverts d'esprit et trs accueillants, donc les contacts ont t faciles, dit-elle. De plus, ceux qui ont 40 ans et plus parlent encore le franais. Heureusement, parce que leur langue est trs difficile apprendre. J'ai essay et mes amis et moi avons beaucoup ri de mes erreurs ! 

 

 

Une triste ralit

 

En plus de son travail, Marcelle commence faire du bnvolat pour un organisme appel Thao Dan, qui uvre auprs des enfants de la rue. Le phnomne des enfants qui vivent dans la rue est trs rpandu la grandeur du pays, il y en a des milliers gs entre 4 et 12 ans qui ont t abandonns ou qui ont quitt leur famille cause de la pauvret ou d'abus. Dehors, ils survivent tant bien que mal et sont confronts des prdateurs de toutes sortes. Les travailleurs sociaux ne suffisent pas la tche, ce sont donc des intervenants et de jeunes tudiants bnvoles qui prtent main forte.   leur contact, j'ai redcouvert l'importance du partage, du geste gratuit. J'ai compris que mon cur et mon nergie tendaient vers ce type de travail. Ils m'ont inspire de faon concrte , poursuit-elle.

 

C'est ainsi que petit petit a germ l'ide de la cration d'une maison qui accueillerait les enfants dfavoriss tout en ayant une vocation particulire. Ce serait un lieu qui subviendrait non seulement leurs besoins physiologiques, mais aussi un lieu o on leur offrirait la possibilit d'accder une vie meilleure par l'apprentissage d'un mtier.

 

 

Un projet original

 

Ayant toujours t active dans le milieu des arts et de la cration, Marcelle a pens la fondation d'une maison de mtiers d'art.  Les jeunes apprendront les techniques de base des domaines tels la peinture, la sculpture, le chant, la danse, l'art culinaire, la couture, la broderie, l'horticulture en plus de la lecture, l'criture et les mathmatiques. Ils pourront ainsi devenir autonomes ! 

 

Cette femme passionne a labor son projet avec beaucoup de srieux et a ensuite consult un grand nombre d'individus et d'organismes pour solliciter leur appui et leurs conseils. Elle a tout prvu : la Maison Viet-Ca sera situe Dalat, petite ville de 130 000 habitants dans le sud du pays  parce que la vie y est plus facile que dans une grande ville , elle accueillera dans un premier temps de 15 20 enfants gs entre 4 et 12 ans, choisis avec l'aide des travailleurs sociaux.  Les intervenants rsidents seront d'origine vietnamienne et ils seront rmunrs. Notre mission n'est-elle pas de briser le cercle de la pauvret ?  (Marcelle n'exclut pas pour autant l'aide de bnvoles).

 

En plus de ses dortoirs, cuisine et ateliers, la Maison aura une cour amnage pour le jeu et l'exercice physique, un jardin de plantes et de fleurs et un potager pour nourrir les rsidents.  Dans le sud, le temps est doux, on prpare la nourriture et on mange beaucoup dehors. Les jeunes qui voudront tenir une popote de quartier seront encourags le faire, d'autant plus que les cots d'exploitation sont minimes ! 

 

Son enthousiasme est communicatif. En l'coutant vouloir donner un coffre outils aux jeunes pour les aider sortir de la mendicit en fabriquant des marionnettes, en dessinant et en vendant des caricatures ou en apprenant des points de broderie, on est vite conquis. C'est justement ce qui est arriv lorsqu'elle s'est adresse un groupe de  retraits flys .  Nous lui avons remis le surplus que nous avions en banque, soit 500 $, raconte Thrse Michaud, fondatrice de la Fdration des associations de retraits flys. Beaucoup de gens viennent nous faire partager leurs projets hors de l'ordinaire, mais ceux qui prennent la peine de ramasser de l'argent avant de quitter le pays font un vritable travail de missionnaire. Il faut les aider. 

 

Marcelle Charland a un plan solide prsenter quiconque pourrait lui offrir de l'aide. Elle a prpar un budget pour la phase d'implantation ainsi qu'une valuation budgtaire sur cinq ans. Elle a trouv les diffrents organismes et associations susceptibles de lui venir en aide financirement, elle a ses rseaux personnels au Qubec et au Vietnam. Toutefois, avant de se lancer officiellement, elle doit trouver deux ONG, l'une qubcoise et l'autre au Vietnam, qui accepteront de chapeauter son projet afin que celui-ci soit approuv par les instances gouvernementales. Cependant, elle ne compte aucunement sur les ressources financires de ces ONG pour soutenir sa dmarche, assure-t-elle.

 

 Il me faudra 100 000 $ pour dmarrer, ensuite les dons et les revenus rcurrents dpasseront rapidement les cots d'exploitation. De toute faon, la vie est moins fbrile l-bas, le temps n'a pas la mme valeur qu'ici. J'ai trs hte d'y retourner et j'ai tout le reste de ma vie devant moi , annonce-t-elle sereinement. Thrse Michaud a sans doute raison lorsqu'elle dit que vieillir est un cadeau, un privilge dont on doit profiter pleinement.

 

Courriel : marcellecharland@hotmail.com

Chantal Beauregard

Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami


Commentaires d'internautes:

Autres chroniques: Dossier

Autres Catégories

Vous avez un commentaire sur cette chronique?

Votre nom:
Commentaire:
  
          


Copyright © Aînés Hébergement © Tous droits réservés