Bottin Aines Hébergement Richard Perreault

 

 

Consultez la version PDF du dernier numéro de L'Indice Consultez le Bottin Aînés Hébergement Consultez les archives de la revue Aînsé Hébergement
 
Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami

Rire sa vie
5 Août 2007

Par Sbastien Lvesque

 

Ha ! Ha! Eh ! Eh ! Ho Ho ! Hu ! Hu ! Quelles sont donc ces exclamations de joie qui proviennent de la chambre de M. Hbert ? D'autant plus qu'il est seul. Serait-il devenu fou rire de ses propres facties devant la glace ? Mais c'est qu'il est communicatif, ce fou rire ! Voil l'un des exercices les plus inusits que propose Paule Desgagns, rigolothrapeute, afin de donner toute la place au clown en soi. Inusits, certes, mais combien bnfiques !

 

Dans son livre intitul La Rigolothrapie, Mme Desgagns nous apprend que ces simples exclamations en bonne compagnie ou, dfaut, seul devant la glace, font travailler une multitude de parties du corps : de la gorge au diaphragme en passant par la nuque, le ventre et la glande thyrode, en plus d'augmenter sensiblement le nombre de globules blancs et de lymphocytes dans l'organisme. Quand en plus on sait que une minute de rire intense quivaut quarante-cinq minutes d'exercice, que dix minutes donnent les mmes effets que deux heures d'efforts, pourquoi s'en priver ? Bref, c'est un exercice complet dans la bonne humeur la plus totale. Ans Hbergement s'est intresse cette drle de mthode et a pass un petit coup de fil cette spcialiste du rire, qui sait prendre la vie avec un grain de sel, mais qui pratique un mtier trs srieux.

 

 

En manque

 

S'il est un loisir des plus sous-estims et parmi les moins onreux qui soient, c'est bien le rire. Et c'est vritablement un loisir, car un bon fou rire permet de dcrocher de ses problmes, de s'offrir du bon temps en plus d'tre extrmement bnfique pour la sant, soit, somme toute, ce que l'on demande tout bon loisir.  Mais, dplore Paule Desgagns, il semble bien qu'on prenne de moins en moins le temps de rire. Se rfrant une tude de Christian Shaller, elle nous apprend qu'alors, en 1939, on riait en moyenne dix-neuf minutes par jour; en 2006, on parle de moins de quatre minutes, c'est vraiment d'une tristesse inoue... Aprs on s'tonnera que la dpression soit la deuxime cause de dcs au Qubec, souligne-t-elle. Les deux drames survenus dans le temps des Ftes dans la rgion de Qubec en sont des preuves flagrantes.

 

Ironiquement, les humoristes n'ont jamais t aussi en demande.  Voil le paradoxe, explique-t-elle, on donne de plus en plus aux autres le mandat de nous faire rire, mais soi-mme on ne rit plus. Donc, en dehors des autres, point de salut. Si l'industrie du rire semble plutt bien se porter, le vritable rire naturel et qui doit provenir de soi, de ses propres ressources, lui, dcrot vue d'il.

 

 

Un drle de mtier

 

Paule Desgagns pratique la rigolothrapie depuis plusieurs annes. Ce sont d'abord ses tudes en philosophie qui l'amnent laborer une mthode de relaxation pour soulager le stress, la dprime et l'anxit autour d'elle. Les bases sont en place. Ce sont les commentaires reus lors de consultations, savoir que la trs grande majorit des gens ne riaient plus, ne se trouvaient plus drles et n'avaient plus la joie de vivre, qui incitent Paule Desgagns se questionner sur les bienfaits du rire. Et ses recherches culminent vers la rigolothrapie, terme invent par le docteur Pierre de Vachet. Celui-ci soutient que, lors des hospitalisations, les patients qui ont le meilleur moral sont ceux qui gurissent le plus rapidement. Donc auprs des plus pessimistes et de ceux qui sont le plus enclins perdre le moral, on organise des sances de rire en commun, d'o la rigolothrapie.

 

Depuis, elle rencontre les gens de tous les milieux afin de promouvoir les bienfaits de rire, que ce soit lors de confrences, de sminaires ou d'ateliers. Sa clientle la plus difficile : les comptables, qui sont dans leur tte et le rationnel plus souvent qu'autrement, signe que leur rputation n'est pas surfaite. Mais aprs quelques minutes, ils se laissent aller et a va de mieux en mieux, rassure-t-elle.

 

Le cerveau est divis en deux hmisphres bien distincts : le gauche pour le rationnel, la logique et l'analyse, tandis que le droit concerne le plan cratif, celui de l'imagination et du rve. C'est videmment sur cet hmisphre-l qu'elle travaille tout particulirement.

 

 

Une gurison inspirante

 

Dans son livre, elle raconte la surprenante  histoire de la gurison presque miraculeuse du journaliste amricain Norman Cousins , qui s'est sorti d'une spondylarthrite paralysante, une malformation articulaire de la colonne vertbrale, uniquement par son moral d'acier et son sens de l'humour exceptionnel. Les mdecins n'estimaient en outre qu' une sur cinq cents ses chances de gurir.  Tout est dans l'attitude mentale, soutient-elle, car on ne se contera pas d'histoire, tout le monde a des difficults. La seule diffrence tient dans la faon dont on les aborde. Comme je vois ce qui m'arrive, est-ce que je vais paniquer et m'craser, ou encore est-ce que je vais me faire confiance et faire confiance en la vie ? Tout est l ! Vivre, c'est ragir, alors ragissons, bon Dieu ! , conclut-elle avant de lancer un grand clat de rire communicatif.

 

Elle explique aussi que le sens de l'humour permet de se regarder et de s'accepter tel que l'on est, l'une des conditions essentielles pour apprendre rire de soi et ne pas se prendre au srieux. On porte ainsi sur soi un regard essentiel si l'on veut jouir d'une saine confiance en soi et tre bien dans sa peau, estime Mme Desgagns, puisque notre perception de nous-mme est en quelque sorte notre perception de la vie. Cela aide aussi ne pas dramatiser, car quand on dramatise, on grossit la situation, on voit tout en noir, ce qui en fin de compte nous amne empirer les situations et nous entrane vers un tunnel de plus en plus sombre et profond. ce sujet, elle cite une phrase merveilleuse de Gilles Vigneault :  Les priodes sombres et noires ont ceci de bon, elles me permettent d'inventer la lumire !  Dans ce mme esprit, elle invite tous les gens tre des inventeurs de lumire.

 

Selon Mme Desgagns, un groupe qui devrait porter une attention particulire au moral et la prsence de l'humour dans sa vie, c'est celui des femmes enceintes. Elles devraient rire pour deux, car elle soutient que le ftus fait bonne provision des rires de la mre avant mme sa venue au monde. C'est donc un service lui rendre que de lui mettre quelques fous rires en banque...

 

Elle nous laisse sur cette petite phrase pleine d'ironie, mais porteuse d'une grande sagesse : heureux celui qui sait rire de lui-mme, car il en a pour longtemps s'amuser...

 

Sbastien Lvesque

Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami


Commentaires d'internautes:

Autres chroniques: Sant

Autres Catégories

Vous avez un commentaire sur cette chronique?

Votre nom:
Commentaire:
  
          


Copyright © Aînés Hébergement © Tous droits réservés