Bottin Aines Hébergement Richard Perreault

 

 

Consultez la version PDF du dernier numéro de L'Indice Consultez le Bottin Aînés Hébergement Consultez les archives de la revue Aînsé Hébergement
 
Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami

Cest une simple goutte deau, mais cest la mienne !
16 Juillet 2007

Laurent Tessier, retrait depuis 1999 de l'Universit de Sherbrooke, s'est d'abord servi de l'argent qu'il a conomis en cessant de fumer pour voyager... S'il a effectu son premier voyage 40 ans, il n'en est plus vraiment l, prparant pour octobre prochain son... cinquante sixime dpart !

Par Sbastien Lvesque

 

Un voyageur devant l'ternel!

S'il voyage, c'est d'abord et avant tout pour aider, pour btir un monde meilleur ; il rsumera d'ailleurs son histoire avec cette humble phrase : C'est une simple goutte d'eau dans l'ocan, mais c'est ma goutte d'eau moi ! Rencontre avec un conteur exceptionnel, un homme de cur et quelqu'un pour qui l'entraide n'a pas de frontires.

Ouvert sur le monde, c'est d'abord vers Hati qu'il s'est tourn, ayant des amis de l'universit originaires de ce pays. Ce fut un vritable coup de cur : ses quinze voyages dans ce petit pays, l'un des plus pauvres de la terre, ainsi que les deux enfants qu'il y a adopts en sont des preuves qui parlent d'elles-mmes. Puis ce fut la Pologne, le Venezuela, l'Espagne et la France, par le biais du plerinage de Saint-Jacques de Compostelle, qu'il a d'ailleurs parcouru six reprises.

Il a aussi plant 10 000 plants de caf Santa Lucia au Nicaragua, avec une cooprative de jeunes de l'Universit de Sherbrooke, et finalement, il uvra dans un centre pour polytoxicomanes au Prou le printemps dernier. Et ce sera l'gypte et son Mont Sina en octobre prochain pour une ouverture aux autres religions, alors qu'il sera accompagn de palestiniens musulmans, de prtres catholiques franais et de juifs d'Isral

 

Hati mon amour

Hati est donc le plus grand coup de cur de Laurent Tessier : C'est d'abord pour aider que je suis all seconder les communauts religieuses qui sont dans le domaine de la sant, mais surtout pour faire des menus travaux qu'elles ne peuvent pas toujours faire : peinturer, rparer, entretenir les lieux tout simplement, ou encore faire de l'coute, ce qui est encore plus valorisant. Il m'est arriv, en Hati, de passer des heures avec les vieux qui n'ont pas personne, sortir des livres, leur faire la lecture, mais aussi les couter se raconter. Et ils sont tellement contents de voir que quelqu'un vient de si loin spcialement pour eux...

 

Heureux papa !

Il a tellement aim le pays qu'il y a adopt deux enfants, dont son ane (qui a aujourd'hui 22 ans) l'ge de 18 mois... Un ge approximatif fix par les mdecins pour les besoins de l'adoption, car la petite est une enfant abandonne. Son garon est lui aussi un enfant de la rue, qui ramassait du riz afin de nourrir ses parents. Mais malheureusement, ses parents sont tous les deux morts de faim... Il a donc t mis dans un orphelinat du nom de "Caipanou", qui en crole signifie "Maison pour nous", qu'un ange sur deux pattes, une dame du nom de Miss Matt, avait ouvert pour les enfants de la rue. Quand cette dame est dcde, ce fut grce l'entreprise de sur Lise Brosseau, une religieuse de Sherbrooke qui me servait toujours de contact lors de mes voyages en Hati, que ce petit bonhomme-l a trouv une famille... Elle m'a dit : "Ce petit gars, il me semble qu'il serait bien la campagne, comme sur ta terre Bonsecours." J'ai alors regard mon pouse et nous nous sommes laisss convaincre. C'est avec beaucoup d'motion qu'il se souvient de cet pisode.

Il y a un paquet de choses qui est dit sur Hati, mais il faut connatre le pourquoi des choses... Trois cent ans d'esclavage, mens par des dictateurs, les gens, trs pauvres pour la trs grande majorit, n'ont pas vraiment d'ide, dans leur famille ou ailleurs, du sens rel de la dmocratie... Et la dmocratie, c'est la libert. Hati, c'est le pays le plus aid au monde, mais malheureusement beaucoup de ces fonds-l enrichissent les dictateurs. L'argent ne se rend pas o il devrait aller et la misre continue.

 

Tout l'espoir du monde dans les yeux d'un enfant

Pour illustrer toute la rsilience du peuple hatien, qui il voue une fiert sans bornes, M. Tessier nous raconte encore cette histoire absolument extraordinaire qui lui a t donne de vivre l-bas : Un matin qu'on allait Port-au-Prince acheter des denres pour nourrir des enfants pauvres, en avant de nous, dans Pititionville, un secteur dans les montagnes o vivent les bourgeois, il y avait un camion rempli de gravier, avec trois enfants accrochs l'arrire, arms de petites chaudires pour aller chercher de l'eau, qui sortaient de Cit-Soleil, l'un des plus gros bidonvilles d'Hati. Voil donc une grosse camionnette blinde des Chimres, qu'on appelle aussi les Macoutes, qui monte en sens inverse avec leur gros criard... Quand ils passent il faut se tasser du chemin !

Donc le camion s'est tass, mais le chemin tait tellement mauvais que le camion s'est renvers... Alors des trois enfants, une petite fille est morte carrment crase sous le camion. Par contre, un petit garon de 10-11 ans tait l, avec plein de gravier qui lui avait ouvert le bras... Donc, je dbarque de l'auto, j'enlve ma ceinture pour lui faire un garrot, afin d'arrter ce sang-l qui coulait... Alors je l'ai emmen au dispensaire de Canape-Vert pour se faire soigner.

Sur place, le mdecin a dit : "On peut pas rien faire. Dans la nuit, les Chimres ont vol les rserves de sang qu'on avait, parce qu'ils ont peur que la guerre civile clate." Donc les riches se sont encore servis les premiers. J'ai alors dit : "Attends, regarde donc si mon sang pourrait tre compatible." Donc ils ont pris une prise de sang et on a t chanceux, mon sang l'tait (compatible). Mais j'avais jamais fait a, donner mon sang de bras bras... 'a donc t une transfusion directe. Je te dis qu'en dernier, tu commences voir des toiles... Mais le docteur m'a rassur : "Y'a pas de danger, Laurent, tu te reposes pis en 24 48 heures, ton sang se refait." Mais finalement, comme on pouvait pas l'oprer froid, sans anesthsie, malheureusement y'a fallu couper le bras du petit bonhomme...

Trois semaines aprs, comme j'tais encore en Hati, je suis all m'informer pour voir comment il allait. Donc j'arrive sur place, je demande son pre o est-ce qu'il est... Il me pointe la cour en disant qu'il est parti jouer. L, tout d'un coup, je le vois arriver en criant "Laurent ! Laurent !" Pis l il me demande "Comment a va ?" L je lui dis : "Mais toi, comment tu vas ? Je viens prendre de tes nouvelles." Il me regarde droit dans les yeux, et tu sais, un enfant, tu sais jamais ce qu'il va te sortir, mais tu sais que c'est toujours vrai, sans malice. Il me dit : "Je suis chanceux... Si, au lieu d'un bras, je me serais fait couper une jambe, j'pourrais plus jouer au football avec mes amis..." Pour Laurent Tessier, c'est a la rsilience.

 

Plan B pour Lima

N'ayant pu retourner en Hati cause d'une situation politique intenable, il s'est tourn vers le Prou, o il allait pour la toute premire fois. Il a pass cinq semaines dans ce pays d'Amrique du Sud, avec les Frres de la Charit qui ont l-bas un Centre de dsintoxication pour cocanomanes et alcooliques, ainsi qu'un Centre de la petite enfance pour handicaps mentaux et physiques, pour les personnes de 4 16 ans, o M. Tessier a uvr tout particulirement.

Il dit avoir particulirement apprci l'espoir qui rgne en ce pays, il parle de Lima avec ses trente universits, une ralit qu'on ne souponnerait pas, bien qu'il souligne ironiquement que c'est la ville au monde comptant le plus chauffeurs de taxi possdant un baccalaurat. Il y a prsentement plusieurs entreprises qui sont installes l-bas parce que, tout comme au Mexique, les salaires sont encore trs bas. Par exemple, le salaire moyen d'un ouvrier de la construction est de 8 $ par jour pour des journes de douze heures... Mais l aussi j'ai espoir que les salaires vont finir par grimper et il va y avoir des jours meilleurs parce qu'ils ont un atout majeur : la jeunesse. Il y a beaucoup d'enfants, on en voit partout... Mais ils sont prts, ils sont porteurs d'une semence en eux, ils ont l'instruction, la force... Alors j'ai grande confiance.

Autre point intressant, il y a dix-sept climats au Prou, donc on trouve de tout : de la richesse, des coins pour manger qui sont extraordinaires, des montagnes couper le souffle avec de la neige ternelle au sommet, et, o j'tais, c'tait littralement le dsert, alors qu'ils n'ont pas eu de pluie depuis trois ans.

 

Compostelle pour le repos du guerrier

Le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, que plusieurs chrtiens font au moins une fois dans leur vie, lui, il s'en sert pour se ressourcer, pour accrocher le sac dos comme il dit. C'est d'ailleurs pour cela qu'il l'a fait six reprises. C'est une piqre, explique-t-il, mais d'une anne l'autre, c'est jamais la mme chose, les rencontres sont diffrentes. En plus de la campagne, de l'air pur, c'est bon pour la sant... de la bonne nourriture, de l'histoire, de la culture europenne

tu arrives dans des villes espagnoles qui ont 2 000 ans d'histoire. C'est aussi a que a m'apporte...

La route en elle-mme fait traverser six cultures diffrentes. C'est donc un enrichissement extraordinaire pour tout tre ouvert sur le monde, explique M. Tessier. Et curieusement, au fil de ses rencontres et de ses conversations btons rompus tenues sur la route, il croit aujourd'hui fermement que le Qubec, sur le plan idologique, est plus proche du peuple espagnol que des Franais, tout particulirement du peuple basque qui, tout comme les Qubcois, aspire sa pleine souverainet. Quand tu fais quelque chose comme a, a t'amne une plus grande ouverture d'esprit, comprendre avec une plus grande sagesse le pourquoi des choses... , termine-t-il avec philosophie.

Sbastien Lvesque

Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami


Commentaires d'internautes:

Autres chroniques: Loisirs

Autres Catégories

Vous avez un commentaire sur cette chronique?

Votre nom:
Commentaire:
  
          


Copyright © Aînés Hébergement © Tous droits réservés