Bottin Aines Hébergement Richard Perreault

 

 

Consultez la version PDF du dernier numéro de L'Indice Consultez le Bottin Aînés Hébergement Consultez les archives de la revue Aînsé Hébergement
 
Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami

Rgime public d'assurance mdicaments
13 Octobre 2004

Les citoyens couverts par le rgime public d'assurance mdicaments ne profitent pas pleinement des bnfices des nouveaux mdicaments selon l'IEDM

Montral, 13 octobre 2004 - Le rationnement de l'utilisation des nouveaux mdicaments brevets par le rgime public d'assurance mdicaments constitue un obstacle pour connatre leur valeur relle, estime le directeur de la recherche de l'Institut conomique de Montral (IEDM), Valentin Petkantchin.
Il faudra en venir mettre en place un rgime d'assurance mdicaments laissant davantage de place aux dcisions individuelles pour que ceux et celles qui sont assurs par le rgime public puissent profiter pleinement des bnfices thrapeutiques des nouveaux mdicaments , conclut la Note conomique publie aujourd'hui par l'IEDM.

Il est essentiel, explique son auteur, de tenir compte des prfrences individuelles des patients qui sont les ultimes bnficiaires des nouveaux produits . Il cite l'appui l'conomiste John Calfee pour qui les bnfices pour les consommateurs, plutt que les bnfices pour les gouvernements ou autres fournisseurs de soins de sant, sont le critre fondamental pour dterminer la valeur des nouveaux mdicaments.

La volont du gouvernement de contrler les cots se traduit toutefois par la restriction du nombre de mdicaments inscrits sur la Liste de mdicaments du Qubec, une liste tablie par le Conseil du mdicament qui dtermine lesquels, parmi ceux autoriss au Canada, sont rembourss par le rgime d'assurance publique et doivent aussi tre offerts obligatoirement par les assureurs privs. Au Qubec - qui dispose pourtant d'une des listes les plus compltes parmi les provinces canadiennes - prs de 60% des nouveaux mdicaments (133 sur 228) ont t rejets entre 1995 et 2000.
De simples copies sans valeur?

Quant aux groupes qui prtendent que la plupart des nouveaux mdicaments ne sont que des copies (<< me-too ) sans vritable valeur ajoute et dont l'inscription sur la liste de mdicaments devrait tre rejete, le directeur de la recherche de l'IEDM leur reproche de sous-estimer les cots en R&D du dveloppement de nouveaux mdicaments et d'ignorer la nature du processus d'innovation qui, quel que soit le domaine technologique, se traduit la plupart du temps par des amliorations graduelles .

Les copies, affinne-t-il galement, proposent plus de choix aux consommateurs et aux tiers payeurs - assureurs, mais aussi gouvernements - et intensifient ainsi la concurrence .
En plus de cet avantage conomique, l'existence de plusieurs copies prsente des avantages mdicaux que seuls les mdecins et leurs patients peuvent valuer: Chaque patient ragit diffremment aux mdicaments et l'existence de diffrentes substances actives pour la mme maladie pennet de personnaliser le traitement , crit Valentin Petkantchin.

Cette Note conomique est disponible gratuitement www.iedm.org. Son auteur est disponible pour des entrevues avec les mdias. Renseignements et demandes d'entrevues:
Patrick Leblanc
Directeur des communications
Institut conomique de Montral
Tlphone: (514) 273-0969
Coumel :
pleblanc@iedm.org

Imprimer cette chronique Commenter cette chronique Envoyer à un ami


Commentaires d'internautes:

Autres chroniques: conomie

Autres Catégories

Vous avez un commentaire sur cette chronique?

Votre nom:
Commentaire:
  
          


Copyright © Aînés Hébergement © Tous droits réservés